Publicité

Augmentation de 5 % pour les élus de Saint-Jean-Port-Joli

Normand Caron devant le bureau municipal. Archives Le Placoteux.

Lors du budget pour l’année 2023, le conseil de la Municipalité de Saint-Jean-Port-Joli a voté une augmentation de 10 % du salaire des élus, échelonnée sur deux ans, soit la même que celle octroyée aux employés municipaux. Il s’agit donc, en 2024, de la deuxième année consécutive où il y a une augmentation de 5 % pour l’ensemble des élus et du personnel.

Ainsi, le maire recevra cette année un salaire de 16 718,40 $, tandis que les membres du conseil recevront chacun 5619,72 $. À cela s’ajoute pour chacun, ce qui comprend le maire, un montant équivalent à 50 % du salaire pour les allocations de dépenses. En somme, le coût de cette augmentation de salaire en 2024 représente au total environ 3606 $ de plus à payer aux élus pour l’ensemble des contribuables port-joliens.

Questionné par Le Placoteux sur cette hausse salariale de 10 %, le maire de Saint-Jean-Port-Joli Normand Caron a déclaré que le conseil, dans sa décision, juxtaposait l’augmentation du salaire directement à la hausse de l’inflation, afin que les employés de la localité ainsi que les élus puissent garder leur pouvoir d’achat.

« On a décidé en 2023 de hausser de façon égale, soit du même pourcentage, le salaire des employés et des élus. De cette façon, on ne peut pas nous accuser de faire du favoritisme. Je me voyais d’ailleurs mal nous augmenter davantage que les employés. Surtout qu’il y a un précédent en la matière qui a abondamment fait jaser », a-t-il dit en boutade, faisant ici allusion au 30 % d’augmentation des salaires des élus de l’Assemblée nationale à Québec — augmentation votée par eux-mêmes.

Puisqu’il s’agit d’une progression salariale totale de 10 %, étalée sur deux ans, il n’est pas impossible pour le conseil de Saint-Jean-Port-Joli d’agir avec le même modus operandi pour les prochains exercices semblables. « Je pense que nos salariés aiment qu’on procède de la sorte, car cela leur permet de prévoir sur le plus long terme, tout en sachant à quoi s’attendre », a conclu Normand Caron.