La sensibilisation et l’éducation feront foi de toutadmin20141113

Les objectifs pour le succès de la mise en place du bac brun dans nos municipalités sont réalistes. « Actuellement, en poids dans une poubelle, les matières organiques représentent 60 % du contenu. Notre premier objectif pour les premiers mois est réaliste, il s’agit d’un pourcentage de 35 % de matières à détourner », nous apprend Serge Forest, de la SEMER.

La CO-ÉCO est l’organisation qui vient en support aux intervenants dans la mise en place de ce grand changement d’habitude. « Nous sommes les accompagnateurs », précise Ian Chartrand, directeur de la CO-ÉCO.

En guise d’éducation, « il y aura un document dans les bacs, ainsi que le calendrier de la collecte. Aussi, une ligne téléphonique d’informations sera mise en place, ainsi qu’une page spéciale sur notre site internet », précise-t-il.

Au niveau des attentes, on se fie tout de même au succès de la troisième voie à L’Isle-Verte, où Serge Forest était d’ailleurs maire lors de la mise en place, et à La Pocatière également. (S.G.)


À lire aussi:

Êtes-vous prêts pour le bac brun?

Vers la biométhanisation