Bac brun : La Pocatière devra changer ses habitudes

LA POCATIÈRE — Même si La Pocatière fait la collecte à trois voies depuis près de 10 ans (2006), le fait que leurs matières putrescibles iront au site de biométhanisation de Rivière-du-Loup dès 2015 amènera quelques changements. 

Les principales modifications concernent les matières autrefois refusées ou acceptées qui ne seront plus les mêmes. C’est que La Pocatière compostait alors que dorénavant, on passe à la biométhanisation, comme tout le reste de la MRC. Notons, entre autres, des matières autrefois refusées qui seront maintenant acceptées : Tartinade, confitures et condiments, produits laitiers (sauf du lait), viandes, volailles et os, poissons, fruits de mer, graisse animale et végétale, aliments frits ou en sauce. 

À l’inverse, certaines matières seront dorénavant refusées alors qu’elles étaient acceptées auparavant, d’où le changement d’habitude : Produits chimiques de jardinage, arbustes et branches, feuilles d’automne, gazon coupé, sciure et copeaux de bois. « Mentionnons qu’il y aura deux collectes dans l’année pour les feuilles et les matières de jardinage », précisait Sophie Vachon, de la Co-éco. « Ces matières sont acceptées à l’éco-centre ».

Quant aux sacs, il est important de noter que les sacs de plastique sont interdits, même les sacs biodégradables et compostables. On ne fonctionnera qu’avec les sacs de papier ou directement dans le bac.  

La collecte demeure la même, soit une fois par mois entre décembre et avril et aux deux semaines de mai à novembre. L’information complète sera distribuée en décembre aux foyers pocatois et le changement de transport des matières sera effectué en janvier. 

Quant au compostage domestique, « on conseille de poursuivre cette bonne habitude. Mais avec la nouvelle collecte des matières organiques, il sera possible de déposer toute l’année du poisson, de la viande et des produits laitiers dans le bac brun », ajoute madame Vachon. 

Isabelle Taillefer de Ville La Pocatière ajoute que les efforts seront nombreux pour sensibiliser et éduquer la population. « Nous comptons faire une séance d’information publique où nous présenterons les avantages d’envoyer nos matières organiques à l’usine de biométhanisation ».