Montmagny et la région dans la tempêterichard_lavoie20141215

MONTMAGNY – Lorsque le grand vent du nord porte sur nous son souffle et que la neige, le grésil et le reste s’en mêlent, Montmagny et la région sont sur un pied d’alerte. On a d’ailleurs pu constater, mercredi dernier, l’efficacité des services d’urgence. La ville, enclavée par les fermetures routières, a accueilli plus de 200 personnes dès 18 h 30, dans le centre d’hébergement temporaire à l’école secondaire Louis-Jacques Casault, à la suite de la fermeture en tout sens de l’autoroute Jean-Lesage et de la 132, de Lévis jusqu’à Montmagny.

Sur place, une équipe de la Croix Rouge, aidée des responsables de l’école et de représentants de la Ville de Montmagny, ont accueilli les automobilistes coincés par la tempête pour leur permettre de patienter au chaud. Ceux qui n’ont pu se trouver d’endroit où dormir dans les motels avoisinants ont passé la nuit dans ce refuge. 

Dans une entrevue accordée au journal Le Soleil, jeudi, le directeur général de la Ville de Montmagny a mentionné que ce genre de situation peut se produire quelques fois par année. Il a rappelé qu’en 2007, quelque 700 personnes avaient été hébergées. 

Français dans la tourmente

Un des autobus qui descendait vers l’est et qui a dû s’arrêter à Montmagny avait à son bord 15 maires français en visite au Québec. Une intense initiation à notre hiver, dont ils se souviendront sans doute.

Carambolage

L’événement le plus marquant de cette tempête est le carambolage qui s’est produit mercredi matin, vers10 h, sur l’autoroute Jean-Lesage en direction ouest. Un camion et une vingtaine de véhicules ont été impliqués dans cet accident qui a fait un blessé grave, dans le secteur du kilomètre 355, à Saint-Vallier. La voiture a complètement embouti l’arrière d’un poids lourd. Heureusement, l’homme s’en est tiré. Il a fallu plus de dix heures pour sortir les véhicules accidentés ou ayant dérapé hors de la route. Des images saisissantes peuvent être vues sur http://www.zone911.com.

Comme on a pu le voir aux infos télévisées, des membres de l’équipe de hockey l’Océanic de Rimouski, dont l’autobus se rendait à un match à Sherbrooke, sont venus en aide à des gens impliqués dans ce carambolage.

Poids lourds immobilisés

À Montmagny, environ une centaine de poids lourds ont envahi les stationnements de l’aréna, des Galeries Montmagny et celui attenant à Chabot Carosseries, sur le Chemin des Poirier. « C’est la première fois que je fois ça! », s’est exclamé une dame d’un certain âge, à qui nous avons prêté le bras dans le stationnement glissant de l’épicerie Maxi, jeudi matin. 

Leur départ a provoqué un embouteillage sur le boulevard Taché Ouest, depuis l’intersection située à la hauteur de l’avenue Saint-Magloire, jusqu’à celle du chemin des Poirier. Là, policiers ont assuré la circulation et empêché les véhicules d’aller vers l’ouest, sur la 132, durant toute la durée de la tempête. Les équipes de policiers de nuit et de jour étaient ensemble à pied d’œuvre.

À l’hôpital

Depuis quelques années, en cas de tempête, l’hôpital offre un transport collectif à ses employés à partir du stationnement de l’école Casault. « L’autobus est escorté par la police et une déneigeuse », de mentionner Mireille Gaudreault, agente de communication au CSSS de Montmagny-L’Islet (hôpital).  

De plus, des employés ont dormi à l’établissement.

Des secrétaires, un membre des ressources humaines et autres membres du personnel, ont remplacé les absents, à la buanderie ou à la cafétéria, par exemple. « On ne peut pas arrêter ces services essentiels », de souligner Mme Gaudreault. L’ambiance d’entraide, « de Noël », dit-elle amusée, animait les gens.

Rien de spécial à l’urgence durant la tempête, sauf que dès l’ouverture de la route, en fin d’avant midi, trois ambulances s’y sont retrouvées. 

Divers

Comme c’est souvent le cas, les gens qui se sont aventurés sur les routes ont trouvé l’épreuve difficile. Avant sa fermeture, la chaussé de la 132, recouverte de neige humide, était très glissante et risquée. 

Au milieu de l’après-midi de mercredi, le vent s’est mis à souffler plus fort. Des pointes variant entre 60 et 90 km/h ont été enregistrées dans la région.

Les routes secondaires ont alors été encombrées de dangereuses lames de neiges et la visibilité variait de passable à nulle. Il y a eu plusieurs sorties de route. Heureusement, l’on ne rapporte pas de blessés. 

Les écoles de la région ont été fermées durant deux jours. De nombreuses personnes n’ont pu se rendre au travail ou retourner à la maison le soir de la tempête. Plusieurs personnes ont même passé la nuit au restaurant McDonald.

Le toit de l’édifice logeant les bureaux de l’aide juridique et de la Banque Royale, sur la rue du Palais de Justice, a été endommagé par le vent.

Aussi, un poteau de signalisation routière situé à l’intersection de la 3e Avenue et de boulevard Taché Ouest est tombé sous la force du vent. Vendredi, il n’avait pas encore été réparé.

Des embardées de camions ont forcé la fermeture de routes à Cap-Saint-Ignace et Saint-François.

Finalement, à 11 h 30, la circulation a été rétablie sur l’autoroute 20 et la route 132, dans les deux sens, et sur la 283 et autres routes secondaires. La fermeture aura duré une douzaine d’heures.