Téléphonie cellulaire : des antennes construites par une entreprise d’économie sociale?

Le député de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, François Lapointe, a présenté un modèle mis en place au Saguenay pour régler les problèmes de taux de couverture de la téléphonie cellulaire et internet haute vitesse sur nos territoires.

Au Saguenay, le modèle développé a permis de faire passer le taux de couverture de 38 % à 99 %. La formule est basée sur le travail d’une entreprise d’économie sociale qui construit les antennes de communication aux endroits choisis. Les tours sont ensuite louées à des entreprises de communication.

« Ce que l’on constate, c’est que les entreprises privées venues de Montréal ou d’ailleurs trouvent que ce n’est pas rentable de construire leurs propres antennes », explique le député Lapointe. « En mettant à profit le milieu, CLD, SADC, MRC, les coûts baissent parce que ça vient de la communauté, en étant monté avec un maximum de ressources locales ».

Saint-Pascal et Sainte-Perpétue

Trois endroits ont été identifiés à fort potentiel pour une première étape. Il est question de l’est de Saint-Pascal, de Sainte-Perpétue et de L’Isle-Verte. Le projet a été présenté par le député récemment. « Au Kamouraska et à L’Islet, les élus pèsent les avantages de la formule proposée ».

Selon François Lapointe, la région aurait tout à gagner avec cette façon de faire. « La première étape est de voir la faisabilité, l’intérêt des gens de chez nous. Puis vérifier que les entreprises sont partantes. Tout doit être bien fait évidemment ». Il estime que la solution la plus immédiate aux problèmes de couverture consiste à prendre en main notre propre développement.

Au Saguenay, le processus a été entamé en 2009, pour être complété en 2013. C’est la SADC de l’endroit qui a piloté le dossier. L’AIDE-TIC (l’Agence interrégionale de développement des technologies de l’information et des communications) est l’organisation qui vient en support à ce type d’initiatives.