Bernard Généreux préoccupé par la fermeture prochaine de CKRT

Bernard Généreux.

Le député fédéral de Montmagny—L’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup Bernard Généreux est préoccupé par la fermeture prochaine de la station CKRT de Rivière-du-Loup, la dernière station régionale privée qui était toujours affiliée à Radio-Canada au pays. Dès sa fermeture le 31 août, le signal en provenance de Rimouski ne sera pas disponible par le biais des ondes hertziennes.

En entrevue avec Le Placoteux, Bernard Généreux a mentionné être au parfum du dossier avant même que la nouvelle ne soit annoncée publiquement par la station et la société d’État. Son employé de bureau à Ottawa avait mis la main sur des informations qui indiquaient que le partenariat avec Radio-Canada et la famille Simard, propriétaire de CKRT, devait prendre fin incessamment. Il mentionne que c’est même lui qui a informé les propriétaires de la CKRT de ce qui les attendait.

Dès que la nouvelle est sortie dans les médias, des citoyens de la circonscription sont ensuite entrés en contact avec M. Généreux pour déplorer le fait qu’ils ne recevront plus le signal de Radio-Canada par voies hertziennes, soit par antennes ou « oreilles de lapin » en jargon populaire, puisque le signal proviendra désormais de l’émetteur situé à Rimouski. La chaîne sera donc accessible que par le câble, satellite ou internet.

À l’hebdomadaire Info dimanche, le directeur des médias régionaux de Radio-Canada, Jean-François Rioux, a rappelé « que 99 % de la population de la région accède déjà au service de télé par fibre optique, câble ou satellite ». Bernard Généreux ne remet pas en doute la statistique avancée par Radio-Canada, mais il se dit tout de même préoccupé, car il estime que c’est de la responsabilité d’une société d’État de bien desservir tous les Canadiens.

« Je comprends qu’on est peut-être encore à la queue du changement dans la région en matière de technologies, mais Radio-Canada n’est pas un service privé, mais public. L’antenne de CKRT avait un rayon d’action très grand dans la région et c’est dommage de devoir obliger des gens, même s’il s’agit d’un pourcentage minime de la population, à devoir s’abonner à la télé satellite ou au câble pour continuer à regarder une chaîne nationale publique », déplore le député fédéral.

Bernard Généreux ajoute avoir porté ses préoccupations quant à la fin de l’entente entre Radio-Canada et CKRT dans une lettre adressée à la société d’État. Celle-ci lui a depuis répondu. Le député fédéral souhaite maintenant convoquer une réunion avec elle pour discuter plus amplement du dossier. « On a bien l’intention de continuer à mettre de la pression », a-t-il dit.

Couverture journalistique

Bernard Généreux se demande également ce qui en sera de la couverture journalistique, notamment pour les MRC de Kamouraska et de L’Islet. Radio-Canada Est-du-Québec avait déjà pour mandat de couvrir tout le Bas-Saint-Laurent, dont le Kamouraska. Deux journalistes basés à Rivière-du-Loup doivent continuer ce mandat. « Je serais surpris qu’on rallonge le bulletin d’information de 15 minutes pour avoir plus de reportages en provenance du KRTB », a-t-il suggéré.

Concernant L’Islet, la problématique de la couverture journalistique a aussi été soulevée par les élus, elle qui devrait, en théorie, être désormais assurée par Québec. Le Placoteux avait appris par la cheffe stratégies régionales Catherine Ekker d’ICI Québec que la décision n’était toujours pas arrêtée quant à la « station de substitution » à laquelle la MRC de L’Islet devait être éventuellement rattachée, laissant la porte ouverte à ce que celle-ci puisse être ICI Est-du-Québec. Depuis, le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard, a confirmé au Placoteux que son collègue de Saint-Jean-Port-Joli Normand Caron et le préfet René Laverdière ont été conviés à une rencontre avec ICI Québec afin d’exposer leurs préoccupations.