Horaires de faction : L’attente se poursuit pour les paramédics

Photo : Courtoisie Stéphane Lévesque.

L’attente est loin d’être terminée pour les paramédics de Saint-Jean-Port-Joli et de La Pocatière qui espèrent toujours voir leurs horaires de faction transformés en horaire à l’heure. Autant eux que les entreprises ambulancières qui les emploient et le milieu politique régional ne semblent plus savoir vers qui se tourner pour faire avancer ce dossier.

La députée et ministre Marie-Eve Proulx a donné l’assurance que des avenues étaient actuellement évaluées par les CISSS de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent, le 25 février dernier, lors d’un point de presse virtuel. Elle a aussi déclaré que la population de Côte-du-Sud était « en sécurité » avec les services ambulanciers actuels. Son attachée de presse Lanie Dufour avait signifié sensiblement la même chose par courriel quelques jours auparavant, ajoutant que la priorité actuelle était à la pandémie.

« La pandémie, ce n’est pas le vaccin qui va la faire mourir, mais ce qu’on lui met sur le dos », a déclaré le maire de Saint-Jean-Port-Joli Normand Caron.

Pour ce dernier, les déclarations de la députée et ministre et de son attachée de presse sont pratiquement identiques à ce qu’il a entendu en personne lors de l’activité « le temps d’une marche » de Marie-Eve Proulx, le 14 février à Saint-Jean-Port-Joli. Le président de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec secteur Saint-Jean-Port-Joli Stéphane Lévesque corrobore, lui qui a interpellé Marie-Eve Proulx sur cette question de son propre chef ce jour-là.

« Mme Proulx nous a donné l’assurance que ça allait déboucher un jour, mais quand ? Avant les élections? On va être content quand ça va arriver, on va les prendre les photos, mais si c’est ce qui finit par arriver, je ne vous cacherai pas que le sentiment sera celui d’avoir instrumentalisé la vie des gens de L’Islet-Nord pendant quatre ans à des fins électoralistes », a indiqué Stéphane Lévesque.

La Pocatière

De son côté, le propriétaire d’Ambulance Chouinard de La Pocatière Tommy Chouinard a dit ne pas avoir de nouvelles de la députée et ministre Marie-Eve Proulx concernant les horaires de faction depuis plusieurs mois. Il est aussi d’avis que la pandémie « sauve » actuellement l’inaction des politiciens dans les dossiers sur lesquels ils avaient promis d’intervenir. « On attend quoi, que quelque chose de grave se produise » a-t-il demandé?

En pleine campagne électorale, Marie-Eve Proulx avait constaté sur le terrain les délais d’intervention occasionnés par les horaires de faction et elle s’était engagée à régler la situation, rappelle Tommy Chouinard. Le propriétaire avait ensuite eu beaucoup de difficultés à entrer en contact avec elle suivant son élection.

Le maire de La Pocatière Sylvain Hudon est aussi d’avis que cette conversion d’horaire pour les paramédics de sa ville doit être faite. En 2019, il avait fait parvenir une correspondance à l’ancienne ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann à ce sujet, rappelle-t-il. La réponse de celle-ci disait qu’elle ne pouvait accéder à la demande de la Ville et que le Ministère se devait d’assurer un traitement équitable de ces dossiers à travers le Québec.

Deux ans plus tard, Sylvain Hudon a promis qu’il relancerait cette fois Marie-Eve Proulx. « Mais on voit bien qu’on ne tient pas le gros bout du bâton et que la COVID a le dos large », a-t-il conclu, un brin résigné.