Vaccin : Des milliers de rendez-vous disponibles dans le Bas-Saint-Laurent

Centre de vaccination de Saint-Philippe-de-Néri le 12 mars 2021. Photo : Stéphanie Gendron.

Le Bas-Saint-Laurent compte 23 000 plages de rendez-vous disponibles pour le mois de mai. La Santé publique invite particulièrement les 60-69 ans à se faire vacciner.

La couverture vaccinale au Bas-Saint-Laurent est de 35,3 %, comparativement à la province qui est à 33,7 %.

Plus de 90 % des gens de 80 ans et plus sont vaccinés et plus de 85 % des 70-79 ans le sont également.

Toutefois, chez les 60-69 ans, le taux est à 55 %. Pourtant, on compte 23 000 rendez-vous disponibles en mai, à la suite de l’ouverture massive de 28 000 plages vendredi dernier.

« Notre groupe de 60 ans et plus va se mobiliser rapidement avec l’éclaircissement de nos cibles. On n’est pas inquiets pour le moment. On va vraiment faire de la promotion. Ce qu’on dit, c’est prenez un rendez-vous, c’est le seul moyen de bien se protéger et de voir la lumière au bout du tunnel », a dit Murielle Therrien, directrice régionale de la vaccination.  

Travailleurs de la santé

Les travailleurs de la santé sont vaccinés à 55 %, tout type d’emplois confondus dans la région. « Ce sont des travailleurs de la phase 1. Ces dernières semaines, nous sommes passés à la phase 2 pour vacciner d’autres travailleurs de la santé », a précisé Murielle Therrien, spécifiant donc que ce ne sont pas tous les employés en santé qui ont eu accès au vaccin à ce jour. Le pourcentage de refus des travailleurs de la santé est d’environ de 7 à 8 % présentement.

Un comité est aussi en place pour évaluer la pertinence pour la région d’un récent arrêté ministériel qui oblige les employés de la santé en contact avec des patients à se faire vacciner. Ceux qui refusent devraient se soumettre à un test de dépistage trois fois par semaine. Ce n’est pas encore le cas dans le Bas-Saint-Laurent.

Cibles

Actuellement, les citoyens de 60 ans et plus peuvent être vaccinés, tout comme les travailleurs dans les milieux à risque (écoles primaires, secondaires, pompiers, policiers, en régions éloignées dans le secteur minier, les travailleurs d’abattoirs et du réseau de la santé privé comme les dentistes et optométristes), ainsi que ceux de moins de 60 ans qui ont des maladies chroniques.

Les gens ayant des déficiences physiques ou intellectuelles ou ayant un trouble du spectre de l’autisme, ainsi que leurs proches aidants peuvent se faire vacciner.

Parallèlement à cela, la deuxième dose de vaccin sera donnée d’ici la semaine prochaine aux résidents des CHSLD. Les travailleurs de la santé et autres aînés de résidences recevront leur deuxième dose en respect du 112e jour après la première.

Mentionnons aussi qu’au Bas-Saint-Laurent comme ailleurs au Québec, de nombreuses entreprises ont accepté de soutenir la campagne de vaccination en offrant directement des ressources humaines et matérielles au réseau de la santé et des services sociaux. C’est le cas des entreprises Berger de Saint-Modeste et Lepage Millwork de Rivière-du-Loup, qui se sont effectivement engagées à prêter gracieusement des ressources au Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent. Ces initiatives régionales viendront ainsi appuyer les actions du réseau de la santé et des services sociaux dans le cadre de l’opération de vaccination sans précédent qui est actuellement déployée au Québec.

La cible du 24 juin, à l’effet que tous les adultes qui veulent avoir le vaccin l’aient reçu, est toujours bonne. « Je suis confiante. D’ici la fin du mois de juin, on va mettre tout ce qui faut pour vacciner notre population », conclut Mme Therrien.