Des excédents pour la COFEC en attendant la reprise

La Coureuse des grèves, sculpture d’Antonio et Ross Baisas lors de l’édition 2021 de la Fête d’hiver. Photo : Rouc (Facebook Fête d’hiver).

La Corporation des Fêtes et Événements Culturels de Saint-Jean-Port-Joli (COFEC) a terminé son exercice financier 2020 avec un excédent budgétaire de 24 876 $, sans parler des différentes aides gouvernementales. 2021 s’annonce maintenant sous le signe de la reprise avec la majorité des événements qui se tiendront coûte que coûte au courant des prochains mois.

Cet excédent financier s’explique en majeure partie par l’annulation des différents événements culturels se tenant annuellement à Saint-Jean-Port-Joli, en raison de la COVID-19. La COFEC est en quelque sorte le port d’attache financier et une accompagnatrice de premier plan pour les différents comités organisateurs de ces événements — Fête d’hiver, Fête nationale, Biennale de sculpture, Fête des chants de marins, Concerts du Parc Chanoine-Fleury, Violons d’automne.

« À part la Fête d’hiver qui a pu être tenue comme prévu, avant le début de la pandémie, l’essentiel des autres fêtes a été annulé. Les Chants de marins, par exemple, ont connu un certain succès, mais la foule devait être restreinte en raison du contexte sanitaire », explique François Garon, président.

L’organisme a néanmoins fait appel aux différentes aides gouvernementales mises en place pour faire face à la COVID-19, notamment la subvention salariale d’urgence et le compte d’urgence pour les entreprises canadiennes dont 10 000 $ seront convertis en prêt advenant le remboursement complet avant le 31 décembre 2022. Ces revenus supplémentaires de 27 544 $ permettent donc à la COFEC d’enregistrer un excédent final de 52 420 $ par rapport aux charges, contrairement à un bénéfice de 3481 $ en 2019.

Planification stratégique

Le temps d’arrêt forcé par la pandémie est toutefois tombé à point pour la COFEC qui en a profité pour compléter sa planification stratégique en collaboration avec la MRC de L’Islet. Le travail a permis de déterminer les grandes orientations et d’actualiser les services qui seront offerts ces prochaines années par l’organisme aux comités organisateurs des Fêtes.

Le procès-verbal de l’assemblée générale annuelle de l’an dernier faisait état d’un « important mouvement de personnel » en 2019 avec le passage successif de trois personnes différentes à la direction générale. Cette situation, dit-on, a occasionné une prestation de services qualifiée par moment de « chaotique » auprès des représentants des Fêtes, en raison de l’inexpérience des ressources en place.

Ces mouvements de personnel se sont néanmoins poursuivis en 2020 avec un autre changement survenu à la direction générale l’automne dernier par l’embauche de Carolane April, toujours en poste à ce jour. Les commentaires à son endroit ont toutefois été unanimes durant l’assemblée générale annuelle, autant de la part des représentants des fêtes présents que des membres du conseil d’administration de la COFEC.

« Il y a eu aussi des changements sur le conseil d’administration de la COFEC et au sein des comités des Fêtes. On peut dire que ç’a été bénéfique partout », a indiqué le président, qui en était lui-même à sa première AGA.

Reprise

Les nouvelles encourageantes en lien avec la campagne de vaccination permettent aux comités des Fêtes d’envisager la tenue de leur événement au cours des prochains mois. Différents scénarios ont été élaborés par les bénévoles des comités afin de s’ajuster aux mesures sanitaires qui seront exigées au besoin par la Santé publique.

« La Fête d’hiver a déjà donné le ton récemment en faisant la démonstration qu’il était possible de réinventer sans se dénaturer. La réussite de l’activité inspire les autres comités qui impressionnent par leur résilience et leur dynamisme dans les circonstances », a déclaré Carolane April.

Les commanditaires répondraient aussi très bien à l’idée de la tenue prochaine des Fêtes. Des partenariats surprenants et originaux sont proposés, signe de la vitalité du milieu et de l’attachement des entreprises de la région pour ces événements culturels qui font la renommée de Saint-Jean-Port-Joli, de conclure la directrice générale.